Partagez|

Constance Dowell - Au-delà des monts.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
LE VOYAGEUR
NIVEAU : 7


MessageSujet: Constance Dowell - Au-delà des monts.09.05.17 18:35

DOWELL CONSTANCE



DOWLY

FEMININ

21 ANS

13 SOMBRÉTOILE

ROTURIÈRE

AUVENT

AUCUN



GRANBLUE FANTASY { Lyria }

CARACTÈRE

Dowly chérie, à te voir ainsi, vêtue de ta fameuse robe blanche reflétant ta pureté, tes cheveux indisciplinés soulignant ton fin visage pâle et ta silhouette d'enfant fragile, on pourrait facilement te prendre pour un ange ou du moins, un substitut très ressemblant. C'est ce que tu es. C'est ce qu'on pense de toi. Mais est-ce vraiment ce que tu es ? Ce que tu veux être ?

Dowly, tu es gentille, beaucoup trop gentille. Qu'importe la personne, qu'importe la demande, tu es incapable de dire non. Tu es bien élevé, c'est une évidence indéniable, mais ne te voiles pas la face toute seule ma petite, parfois, tu aimerais simplement dire non, refuser sans scrupule une demande, tu aimerais n'en faire qu'à ta tête, de te rebeller. Oh oui, tu aimerais, mais agir ainsi te ferais vraiment plaisir ? Serais-tu satisfaite ? J'en doute. J'en doute fortement et cela ne te ressemblerait pas, tu le sais pertinemment. Alors, tu continues d'agir comme tu l'as toujours fait depuis que tu as l'âge de pouvoir raisonner par toi-même.

Tu es gentille, mais tu n'en es pas moins franche. La justice et la paix sont pour toi des valeurs à défendre, qu'importe le prix à payer. La vérité peut blesser, on te la rabâchait mainte et mainte fois, mais tu sais répliquer : mentir est bien pire, similaire à couteau dans le dos, qui avec le temps, ne fait que s'engouffrer petit à petit dans la chair fragilisée et finir par la déchirer, ne laissant que tristesse et rage surgir de cette entaille qui ne pourra cicatriser. Ta voix calme et audible te permet aisément de ne pas t'attirer les foudres des villageois quand tu t'exprimes. Tous savent que ta sagesse et ta fidélité ne peuvent être piétinées. On te fait confiance, on se repose sur toi et ça, ma pauvre Constance, tu l'as bien compris.

Tu es la parfaite épouse Dowly chérie, mais tu ne rêves pas de grande et heureuse famille. Tu désires de l'aventure dans ta vie morose et sans saveur. Pour l'heure, ton seul moyen de t'évader et de te rendre au Puy de Zephyr , murmurant au vent pour voyager, ne serait-ce qu'un instant avec lui, volant de plaine en plaine, de ville en ville. Ton chant mélodieux, mais empli de tristesse s'immisce dans les brises que tu crées et s'envoles dans des contrées lointaines et inconnues. La solitude, tu ne connais que cela et tu la détestes, cette sensation d'être seule, de n'avoir personne à tes côtés te plonge dans un état de coma cérébral. Tu vis, mais pourquoi exactement ? Dans quel but ?

Dowly, ta curiosité te guidera bien loin de ton foyer, mais tu n'as pas peur, après tout, vivre à Auvent forge le caractère. Tu n'es pas la plus musclée, ni la plus agile, mais tu restes prévoyante et vigilante au monde qui t'entoure. Tu es bien trop jeune pour mourir bêtement. Tu prends tes précautions, tu examines méticuleusement tout ce qui pourrait te sembler être un danger à ton avancée et retiens précieusement toutes les nouvelles découvertes que l'on t'apporte jour après jour. Tu connais beaucoup de choses sur Auvent, mais le jour où tu mettras un pied en dehors de ton petit cocon, tu seras perdue. Dowly, tu n'es pas une femme solitaire, alors attend sagement un compagnon qui voudra te prendre sous son aile, femme ou homme, tant qu'il/qu'elle t'apprend tout ce que tu ne connais pas, tu le/la suivra les yeux fermé. Oui, tu es un peu naïve pour croire que quelqu'un acceptera de t'amener avec lui. Tu es trop rêveuse, tu crois que tout peut aller dans ton sens, que si tu le décides, tu pourrais accomplir des miracles, mais tu n'es rien de moins qu'une simple et pauvre humaine Dowly. Tu ne sais même pas contrôler ton don, qui voudrait s'enticher d'un boulet comme toi ? Ce n'est pas non plus ta persévérance qui y changeront quelques choses, ni ta débrouillardise à toutes épreuves. Tu ferais mieux de rester sagement à Auvent. Tu souffres en silence en connaissant cette dure réalité, mais je te suis depuis tes premiers jours mon ange, alors prouve moi que tu peux accomplir quelques choses. Prouve-moi que très prochainement, tu prendras ton courage à deux mains et que tu partiras de ce village qui malgré ta décision, sera toujours derrière toi pour t'accueillir. N'oublie pas d'où tu viens et soit fière. Change le cours des choses, prend ton envol et vis ton aventure Constance. Tu sais te montrer persuasive quand tu le désires, alors fait en usage.

Tu es un ange ma belle et fragile enfant. Un ange bienveillant qui ne demande qu'à apprendre et devenir une meilleure personne. Tu n'as jamais eu de héros, de personne t'inspirant dans ta jeunesse, mais tu sais que tôt ou tard, tu rencontreras une personne qui te fera changer, qui te permettra d'évoluer humainement et psychologiquement parlant pour te faire changer en une femme forte et admirable.


DOMAINE

L'innocence de ton sourire est un guide irremplaçable pour le vent qui effleure gaîment les feuilles revigorées des érables, des chênes, des diverses fleurs et autres végétaux qui se dressent dignement sur cette colline, évoluant sous tes yeux d'enfant, comme une danse éphémère, prête à éclore, mais le résultat est toujours incertain avec toi, petite et innocente Constance. La petite biche est née dans la matinée du treize Sombrétoile, avec pour signe le Voyageur. Tes cris et tes pleurs se mélangeaient de façon homogène aux brises qui traversaient la pièce, devenant plus violent, instable. Tu maîtrises le vent. Dire cela de cette manière est une façon vulgaire et incorrecte de définir correctement ton don. Toi, tu ne fais rien, ce sont tes émotions vacillantes qui le contrôlent, le dominent. Ta joie crée de douces brises, mais ta colère engendre des tempêtes incommensurables. Une épée à double tranchant, voilà comment tu définis ton don si dépendant de toi, de ta manière de gérer tes émotions qui te dominent bien trop souvent. Depuis ta majorité, tu arrives par moment à entendre des voix, des appels à l'aide que le vent te susurre malicieusement à l'oreille, mais tu ne peux rien y faire, tu es impuissante. Alors, du haut de la vallée, tu essayes tant bien que mal d'entendre et de répondre à ces appels, sans succès à ce jour.

HISTOIRE



CONSTANCE DOWELL – Au-delà des monts.
   
   
   


Le Puy de Zephyr est depuis longtemps, ton repère, l'unique berceau où tu peux y exprimer ta rage et tes malheurs au grand jour, laissant le vent te submerger de toute sa puissance. Face à lui, tu n'es rien. Ton corps faible et fragile, bien qu'abîmé par la vie que tu mènes, ne peut lui résister. Ton esprit s'envole avec lui, laissant tes sentiments se faire emporter au gré du vent. Ta seule échappatoire : chanter. Chanter pour te soulager, chanter pour espérer atteindre quelqu'un, chanter pour que ta voix résonne dans les plus grandes villes du monde, chanter pour que l'on sache que tu existes. Chanter pour appeler à l'aide. Tes paroles résonnent dans la vallée, comme une douce mélodie que l'on pourrait chanter au chevet d'un enfant, mais personne ne peut voir ton visage où se succède larmes amers et cris de douleur, déchirant le calme qui régnait dans cette vallée. Le simple fait de souhaiter vivre oppresse ton pouvoir, le rendant moins avide de puissance, de dominance. Tu le sais, tu as déjà pu, dans un passé proche, ressentir ce qu'il pouvait engendrer lorsque tu laissais ton corps, ton cœur et tes émotions prendre le contrôle de ton être. Alors, te faudrait-il renoncer à la vie, une fois de plus, pour exploiter le plein potentiel de cette rage infernal qui sommeille en toi ? Est-ce là la meilleure des solutions ?

Assise sur l'herbe humide, les yeux rivés sur l'immensité du ciel drapé d'un voile impénétrable, cachant ce que personne ne veut voir et connaître : l'infini, tu te remémores les souvenirs d'antan. Tu étais une enfant innocente, pleine de gaieté et de gentillesse. Tu n'avais rien de différents des petits Hommes de ton âge, tu n'étais qu'une simple et insouciante enfant grandissant dans un environnement paisible, à l'abri de tous les désastres qui pouvaient se produire depuis l'arrivée incontrôlable des démons. Bien que protégée par les vestiges du volcan, au fond de toi, tu ressentais cette sensation d'insécurité qui s'amplifiait au fil des années. Ma pauvre Constance, tu ne t'étais pas encore rendu compte de l'ampleur de ton don, des dégâts qu'il pouvait causer autour de toi et surtout, sur toi. Malgré cela, tu avais mené une vie des plus banals à vaciller entre récoltes, plantation, couture et autres activités qui t'ont permis d'acquérir une certaine habilité dans les domaines manuels, bien que ta maladresse tes parfois jouée de mauvais tours. Les erreurs ont forgé la personne que tu es aujourd'hui : une jeune femme débrouillarde et débordante de gentillesse qui offre son aide à quiconque la demande. Tu as toujours été ainsi, pleine de volonté, construisant ta personnalité autour de cette face angélique qui te poursuit sans cesse. Constance, tu as beau être la fille que tout le monde rêverait d'avoir, tu n'es pas parfaite. Tu veux briser cette image que l'on a de toi. Tu te restreins, ne voulant blesser personne, mais en faisant cela, c'est toi qui souffres le plus. Tu aimerais que cela change, mais comment ?

« Mademoiselle Dowell, tu es déstinée à un beau et heureux mariage. »

Un destin déjà tracé. Voilà ce qui t'attend ma chère Constance si tu continues de suivre aveuglement les prérogatives que l'on te dicte. Tu es promise à la main d'un charmant jeune homme qui rêve de t'avoir pour femme, pour épouse. Il veut que tu sois la mère de ses enfants, celle qui s'occupera de sa demeure et lui apportera tout le bonheur qu'un homme puisse espérer recevoir de sa conjointe. Impossible. Toi, tu rêves de découverte. Tu veux obtenir le courage nécessaire pour assumer ton choix de vouloir quitter Auvent, en quête de nouveauté. Constance, te voir faire de faux sourires pour rassurer ton entourage pour ne pas les contrarier en devient pitoyable. Tu auras beau crier, hurler à la mort et déchaîner les vents sur la vallée, tant que tu ne seras pas capable de l'ouvrir, rien ne changeras. Pourquoi tu es comme ça ? Pourquoi tu tiens à tout prix à ne vouloir blesser personne ? Tu ne veux pas ternir ton image ? Non, j'en doute. Constance, à rester dans le silence, tu resteras à tout jamais la "seconde enfant". Tu ne pourras jamais avancer. L'éternel seconde, voilà l'étiquette qui te colle à la peau depuis ta naissance. Tu aurais dû avoir un grand-frère, mais celui-ci est malheureusement mort-né. Une tragédie pour tes parents qui avaient bâtit un grand avenir pour ce petit homme parti bien trop tôt. Puis te voilà toi, un an après ce tragique événement. Tes parents ne veulent pas te perdre. Tu as toujours été protégée, surveillée de prêt, comme-ci tu étais un joyau si précieux que l'on voudrait garder égoïstement pour soi. Tu es privée de tes ailes ma belle enfant. Tu es un pauvre canari en cage, ne pouvant que hurler son désespoir derrière ces barreaux de fer. Tu es loin d'être la seule à avoir été promise à quelqu'un, mais tu es l'une des rares à qui cette idée ne plaît guère. Ton mode de penser diverge de celui des habitants d'Auvent, c'est ce qui te pousse à vouloir partir, à vouloir connaître d'autres modes de vie, d'autres cultures et j'en passe.

Retour sur terre pour toi Constance. Le vent fait rage sur le Puy, faisant virevolter tous les végétaux, tes cheveux et ta robe au grès de ses envies. La puissance qui s'en dégage est insoutenable. Tout ton corps se laisse peu à peu emporter. Tu te soumets à ses envies, comme un vulgaire jouet. Tu fermes ton esprit, ne laissant que du vide et des larmes prendre place dans ce corps misérable qu'est le tien.

« Sois forte. Réalise tes rêves de tes propres mains. »

Tu ne peux pas te laisser aller comme cela Constance. Cette voix que le vent t'a fait parvenir, écoute la. Tu tiens réellement à abandonner ? Tu es si faible que ça ? Tu as le courage nécessaire pour exprimer tes propres ressenti et tes désirs, mais c'est comme ci quelques choses te bridais. Sers les poings, gonfle ton torse et hurle. Hurle à en perdre haleine. Hurle jusqu'à ce que cette peur ayant pris racine dans ton cœur se détache et te libère. Hurle pour faire surgir une nouvelle femme. Hurle pour un avenir que tu auras choisi et même si la puissante rafale que tu crées te percute de pleins fouets, te fais poser un genou au sol, relève-toi et hurle plus fort. Ce n'est que comme ça que tu pourras avoir les épaules assez solides pour accomplir ce que tu souhaites. Je peux voir des larmes couler, mais cette fois, elles ne recèlent pas de la tristesse, mais belle et bien du soulagement, de l'espoir. Constance, il t'en aura fallu du temps, mais tu es prête. Ce sourire que tu affiches servira à prouver la véracité de tes paroles aux futurs voyageurs qui hésiteraient à te prendre avec eux. Tu ne seras pas à l'abri des doutes qui pourront venir te ronger, mais n'abandonne jamais. Tu vas devoir faire face à ton destin Dowly chérie, alors montre lui ton plus beau sourire et reprendre le contrôle de ta vie.

« Je suis prête, voyageur. Partons ensemble vers de nouvelles contrées. »



Voyager bien plus loin que la fôret d'Asturia & maîtriser son pouvoir


Petite description de qui tu es, toi, joueur, derrière l'écran.
→ Plop ! Moi c'est Jayru ! Ou SailorHope pour tout ce qui est gaming
→ 19 ans edemi ! Mais j'vous avoue qu'avec mes joues de bébé, c'est difficile à croire
→ CORGIIIIIIIIIIIIS FOREVER ! ( si les "chiens" existent, j'en ferrais un familier pour Dowly )
→ Constance, j'veux pas qu'elle devienne OP sa mère, MAIS si j'arrive à la mener comme je veux, à la faire voyager et rencontrer masse de monde, elle pourra devenir "forte", surtout utilitaire j'ai envie de dire donc pour une note, je dirais 6/10. Peut-être que j'ferrais un DC qui deviendra la reine du monde ? haha
→ AUCUNE ! J'vous retrouve enfin alors ne changez pas bordel de couille ! Je peux enfin rejouer ma petite Constance qui c'est coloré les cheveux et qui émotionnellement parlant, est ingérable !
→ Pour la partie sur moiiiiii , bah j'bosse depuis mon bureau, donc tranquillou la vie, mais ça m'empêche pas de prendre du temps - trop - pour finir ce que j'ai à faire, mais pour l'amour renaissant du RP, je ferrais un effort ! btw, j'fais des fautes d'orthographe gomen gomen  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Constance Dowell - Au-delà des monts.12.05.17 22:25

Bienvenue sur Evalis, Constance



Roturière

Niveau 7

Voyageur

VALIDE par...
Esiole

Te voici donc validé. Maintenant que tu en as terminé avec la présentation, nous te conseillons d'aller remplir ton profil et de créer ton journal. Si jamais tu as du mal à trouver où et avec qui jouer, viens dans la partie recherche de RP.

Dés à présent, tu peux gagner des échos afin d'évoluer dans ce monde.
à toi maintenant de
- recenser ton avatar,
- recenser ton don,
Si tu as une question, envoie un MP au staff qui est là pour t'aider au mieux et pour t'aiguiller vers la bonne voie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://evalis.guildjdr.com

Constance Dowell - Au-delà des monts.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evalis :: Les chroniques :: Registre :: Population recensée-